Le Hamas décrète l’interdiction des coiffeurs

Territoires Palestiniens/Gaza –
Article publié le : vendredi 05 mars 2010 – Dernière modification le : vendredi 05 mars 2010

Le Hamas décrète l’interdiction des coiffeurs dans les salons pour dames
Nael al-Rais dans son salon de coiffure pour dames ce 5 mars 2010.
AFP/Mahmud Hams
Par RFI

Le gouvernement du Hamas à Gaza a décidé d’interdire aux coiffeurs homme de travailler dans les salons pour dames et ce, dit-il, pour éviter aux femmes de montrer leurs cheveux à un homme qui n’est pas de leur famille.Une mesure vers l’islamisation de plus en plus marquée du pouvoir à Gaza.

Avec notre correspondant à Ramallah, Karim Lebhour

L’interdiction des hommes dans les salons de beauté de Gaza est la dernière mesure prise dans la cadre de la « campagne de la vertu ». Seule, une poignée de coiffeurs hommes travaillaient encore dans des salons pour dames. Le Hamas a jugé que cela n’était pas conforme à l’interdit religieux fait aux femmes de montrer leurs cheveux. Déjà, les sous-vêtements féminins ont été bannis des vitrines des magasins. Les femmes se sont vues interdire de monter à l’arrière d’une moto. Et le Hamas a tenté d’imposer le port du voile dans les lycées et aux avocates dans les tribunaux, avant de reculer devant les contestations.

Avec cette campagne d’islamisation, le Hamas répond à la pression de plus en plus forte de groupes islamistes qui se réclament du salafisme et qui reprochent au Hamas d’être trop modéré. L’été dernier, le Hamas avait violemment réprimé le Jund Ansar Allah, pour avoir voulu déclarer un émirat islamique. Les militants ont été discrètement graciés et relâchés de prison tout récemment dans un souci d’apaisement.

Le Hamas craint la confrontation avec ses groupes radicaux. Au cours des derniers mois, des salons de coiffure et des cafés internet ont fait l’objet d’attentats à la bombe, jusqu’ici sans faire de victimes.

“DON QUICHOUTTE”
“Alain Badiou”
«Notre problème aujourd’hui n’est pas de nous crisper sur de prétendues « identités » qu’on tire de la tradition et qu’on croit devoir restaurer pour organiser une résistance fantomatique à la puissance gigantesque de la marchandisation universelle. Le problème c’est de trouver une voie qui ne soit ni la souveraineté du capital et de sa phraséologie «démocratique», ni la construction forcenée d’ennemis intérieurs supposés saper notre «identité». Et là, nous sommes adossés à la seule tradition qui se soit constituée ainsi, qui ait refusé de se laisser embrigader au XIXème siècle par le nationalisme pur et dur, à savoir la tradition internationaliste révolutionnaire. C’est la seule. C’est du reste pourquoi elle a constitué partout, et singulièrement en France, le noyau dur de la résistance au fascisme identitaire.»



« la contrebande d’armes israélienne « 

« Deux policiers britanniques sont arrivés il y a quelques jours pour interroger des détenteurs de passeports britanniques sur l’usage de faux passeports » portant leurs identités dans cette affaire, a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’ambassade, Rafi Shamir.

La police israélienne « a été avertie de leur venue », a-t-il ajouté, précisant que les enquêteurs appartiennent à un département de la police chargé du « crime organisé ».
Mahmoud al-Mabhouh, considéré par Israël comme un maillon essentiel de la contrebande d’armes à destination de la bande de Gaza contrôlée par le mouvement palestinien Hamas, a été retrouvé mort le 20 janvier dans un hôtel de Dubaï.

sur Mabhouh: des policiers anglais en Israël
20:53, le 27/02/2010 Répondre Refusé

Rvb001

C’est Israel qui est à l’origine du blocus et des frontières.
Le figaro parle de contrebande: ce journal affirme ainsi implicitement la légalité de ce blocus digne du ghetto de varsovie.
Comment auraient-il appelé les passeurs qui fournissaient armes et vivres aux resistant français pendant la seconde guerre mondiale?
La palestine est un état independant, c’est à lui de voir si il importe des armes ou pas.
Imagine-t-on un instant notre ministre se faire assassiner parcequ’il a vendu une fregatte à taiwan? (au hasard..)
(ou n’as pas vendu de rafale au pakistan ou au bresil devrais-je dire..)



La Physiologie du gigot* qui cuisait dans la cheminée (*hallal?)

Je répondais à ce type sur le figaro, et en recherchant son texte, je l’ai trouvé rediffusé sur un site « identitaire » (en gros des connards de facho), moins d’une demi heure apres.
Je pense qu’il a du essayer de me repondre et que cette fois ci ils l’ont censuré, ces gars la savent pas discuter proprement. (héhéhé..)

« Jiro Hanasusuri » (alias Tskvi)

« alors qu’elle présente exactement les mêmes qualités alimentaires et gustatives que les autres »

C’est faux et archi-faux. Lisez La Physiologie du Goût de Brilllat-Savarin, où il explique comment de son jeune temps un soir dans une auberge, avec quelques copains fauchés, ils avaient subrepticement soutiré le jus d’un gigot qui cuisait dans la cheminée, commandé par des voyageurs anglais, et comme ils s’en étaient régalés, laissant à ces pauvres Anglais une viande sans goût et sans saveur.

Si vous n’avez pas La Physiologie du Goût dans votre bibliothèque, faites l’expérience vous-même. Faites-vous un bifteck saignant, mangez-le. Faites-vous un bifteck halal, mangez-le. Le second est dépourvu des sucs dont regorge le premier et qui font son goût et ajoutent à sa valeur nutritive. »


« DON QUICHOUTTE »

J’ai fait l’experience et aucun doute: la viande Hallal egorgée de mon petit boucher-qui-paie- ses-impots-en-france est meilleur.
Votre histoire est une affabulation: d’abord parceque vous n’êtes pas l’anglais qui a mangé le gigot et d’autre part, que c’est les graisses et le temps laissé à la viande pour rassir qui apporte une réelle différence.
Mais le supermarché, où la plupart des gens achetent leur viande fonctionne en flux tendu, et vous avez cru que plus c’est frais meilleur c’est.

A la campagne (aigueperse, si c’est pas le terroir..) on coupe la langue des poulets pour les laisser saigner lentement toutes la journée accrochée par les pattes: il y a pourtant une eglise la bas aussi..

Je ne vous parle même pas du gavage des oies.
Faut être laic pour faire ça?
La plupart des gens qui parlent ici ou là seraient incapable de tuer une bete pour la manger: il faut la leur servir panée.
Mais ça les empeche pas de critiquer celui qui « saigne le cochon »
Surtout si c’est pas un cochon.



Un million de chômeurs en fin de droits en 2010

Extrait de l’article « Un million de chômeurs en fin de droits en 2010″, dans le numéro de mars d’Alternatives Economiques.

Un million de chômeurs ayant épuisé leurs droits à l’assurance chômage en 2010, c’est 22 % de plus qu’en 2009 et 32 % de plus qu’en 2008.

La crise financière est passée par là, avec les conséquences que l’on sait. Non seulement le chômage est reparti à la hausse depuis plus d’un an, mais le marché du travail reste atone. Résultat : les chômeurs sont toujours plus nombreux à ne pas retrouver d’emploi et un million d’entre eux vont arriver en 2010 en fin de droits à l’assurance chômage. Dont près de la moitié seront privés de toute allocation de remplacement pour amortir le choc. De quoi provoquer une hausse considérable de la pauvreté en France.



Injection massive: les valeurs bancaires se sont envolées, où sont passés les milliards de l’Etat ?

Banques : où sont passés les milliards de l’Etat ?

Les bonus de BNP Paribas relancent la polémique. Mais derrière les annonces, combien l’Etat a-t-il vraiment déboursé ? Les banques ont-elles respecté les contreparties prévues ? Et l’Etat sera-t-il au final gagnant, comme le promettait Nicolas Sarkozy ?

Combien l’Etat a-t-il vraiment déboursé ?

Près de 118 milliards d’euros, sur les 360 milliards prévus par le plan présenté en octobre. Ce total regroupe les prêts accordés aux banques pour garantir leurs crédits, et les fonds propres apportés pour les renflouer.

Les prêts : 75 milliards d’euros. L’Etat emprunte sur les marchés financiers, et prête ensuite l’argent aux banques.

Les fonds propres : 14,75 milliards d’euros. Ils ont été apportés en deux temps. En octobre, l’Etat a distribué 10,5 milliards via des « titres super-subordonnés ». Des obligations dont le détenteur est remboursé en dernier, après tous les autres créanciers.

L’Etat a ensuite proposé d’entrer au capital des banques. En se contentant d’actions « de préférence » : il touchera des dividendes, mais n’aura pas de droit de vote. Les banques ont jusqu’au 31 août pour accepter. Pour l’instant, seules la Société Générale et BNP Paribas l’ont fait.

Le cas de Dexia : une aide spécifique est prévue pour la banque franco-belgo-luxembourgeoise. L’Etat lui a déjà apporté 28 milliards d’euros.

Selon un rapport de la Cour des comptes, à la fin de l’année, l’Etat aura déboursé 173 milliards d’euros pour les banques. Soit, tout de même, 9,1% du PIB. Mais on reste loin des 360 milliards annoncés, un « montant considérable qui a frappé les esprits et qui visait, par son ampleur même, à rassurer », selon la Cour.

Les banques ont-elles rempli leurs engagements ?

En apparence, oui, mais la réalité est plus compliquée. Les banques devaient accorder davantage de crédits, pour relancer l’économie. Et assainir le système financier, notamment en encadrant les bonus des traders.

Les crédits : le montant des prêts a augmenté de 3,5% sur un an, selon la Banque de France. L’objectif se situait entre 3% et 4%. La Fédération bancaire française (FBF) se félicite donc d’avoir respecté cet engagement.

Les chiffres de la Banque de France ne sont pas aussi encourageants que la FBF l’assure. Les prêts aux particuliers affichaient une hausse 4,4% en juin par rapport au même mois de l’année dernière, mais la hausse était de 5% en mai. Ralentissement plus net pour les prêts aux entreprises : +4,2% en mai, +2,4% en juin.

La Cour des comptes avertissait dès juin que « les objectifs (…) pourraient ne pas être tenus à la fin de l’année ». Vendredi, après une réunion avec les banquiers, le gouvernement leur a demandé « d’accentuer l’assouplissement des conditions de crédit ». Et même si la conjoncture s’est dégradée, la baisse des taux directeurs leur a permis d’augmenter leurs marges.

Les rémunérations : les banques françaises se targuent de respecter les règles fixées par le G20 au printemps. Mieux, elles avaient adopté leur propre charte dès février.

Le partage entre salaires fixe et variable serait rééquilibré, et les bonus seraient liés aux performances à long terme des traders. Il faudra attendre les fiches de paye de l’an prochain pour savoir si les banques ont tenu promesse.

Mais rien n’oblige à plafonner le montant des bonus. BNP Paribas a suscité une violente polémique en prévoyant de les augmenter cette année, comme l’a révélé Libération. Ses résultats s’étant améliorés, la banque a peut-être raison, comme l’affirmait une tribune très controversée sur Eco89.

Moralement, c’est plus difficile à défendre. Christine Lagarde demande « la plus grande vigilance » à la Banque de France, chargée du dossier, mais elle ne peut pas faire plus. A moins de légiférer. Comme le note la Cour des comptes, les règles restent floues et leur interprétation varie d’une banque à l’autre.

L’Etat va-t-il récupérer ses milliards ?

Oui, et même beaucoup plus, assurait Nicolas Sarkozy en janvier. L’opération « n’a pas coûté un centime d’euro » aux Français et, mieux, « à la fin de l’année 2009, l’argent que nous avons prêté aux banques (…) rapportera au budget de l’Etat 1,4
milliard d’euros ». Le problème, c’est que le calcul du gain réel pour l’Etat est encore impossible.

Les prêts : ils ont déjà rapporté 1,16 milliard d’euros à l’Etat, affirmait Christine Lagarde fin juillet devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Les banques avaient en effet accepté un système de paiement par avance des intérêts.

L’opération oblige tout de même l’Etat à s’endetter sur les marchés financiers, en empruntant à des taux compris entre 2% et 3,5%. Mais les banques lui reversent des intérêts de 4%. Selon la Cour des comptes :

« D’un point de vue budgétaire, le refinancement des banques (par ces prêts) ne coûte donc directement rien à l’Etat et procure même des recettes. »

Selon ses prévisions, ce volet du plan d’aide aux banques aura rapporté au total 1,28 milliard fin 2009.

Les fonds propres : le gain est plus difficile à estimer. Selon la Cour des comptes, l’Etat touchera à la fin de l’année 730 millions d’euros d’intérêts sur les « titres super-subordonnés ». Mais il faudra en déduire le manque-à-gagner subi par le fisc, ces intérêts étant déductibles de l’impôt sur les sociétés. Dans l’hypothèse très optimiste où ces titres seraient tous remboursés fin 2009, le gain final serait de 1,81 milliard d’euros.

Et combien rapporteront les actions ? Encore plus difficile à évaluer. L’Etat détient 15,19% de BNP Paribas, 7,2% de la Société Générale et 5,7% de Dexia. Avec les deux premières, qui viennent d’annoncer de bons résultats, l’Etat semble avoir fait une bonne affaire.

Rien ne dit que leurs cours ne repartiront pas à la baisse. Rien ne garantit, non plus, qu’elles décideront de verser des dividendes à leurs actionnaires cette année. Et l’Etat n’aura pas son mot à dire : ses actions « de préférence » ne lui donnent aucun pouvoir. BNP Paribas se dit en tout cas déjà prête à rembourser dès l’an prochain.
sur Eco89



les institutions bancaires

null

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis. »

— Thomas Jefferson, 1802



Devedjian et Madelin condamnés pour vol en 1965

C’est ce que laisse penser un article du Petit Varois ressorti par Nice-Matin. Sur Le Post, l’avocat d’Alain Madelin dit « tout ignorer à ce sujet. »
« Deux jeunes gens ont tenu la vedette. »
Le 11 novembre 1965 un journaliste du Petit Varois au sujet d’une audience en correctionnelle à Draguignan, selon Nice-Matin.

Poursuivant: « Il s’agit des nommés Devedjian Patrick et Madelin Alain, étudiants à la Faculté de Droit à Paris, à qui le soleil a quelque peu tourné la tête alors qu’ils se trouvaient en vacances sur notre belle Côte-d’Azur. »

Ce samedi, Nice-Matin ressort cette surprenante coupure de presse qui circule depuis peu sur le Web.

Pour Nice-Matin, pas de doute: on parle bien de l’actuel ministre de la Relance et de l’ancien député et ministre de Jacques Chirac.

Qu’auraient-ils fait pendant leurs vacances à La Croix-Valmer de 1965?

Des choses pas jolies-jolies, toujours si l’on en croit cette coupure de presse.

Comme? Siphonner de l’essence, voler une Simca1000 et un moteur de bateau, et détenir illégalement des papiers d’identité et même un pistolet.

Qu’ont dit ces jeunes gens à l’audience?

« Devedjian niera toute participation aux vols d’essence. Madelin, lui, reconnaît les faits qui lui sont reprochés » précisent Le Petit Varois et Nice-Matin.

A quoi ces jeunes gens auraient-ils été condamnés?

Encore et toujours selon Le Petit Varois, les deux compères avaient été condamnés par le tribunal correctionnel de Draguignan à un an de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve.

Cette peine « leur donnera peut-être matière à réfléchir » concluait alors C.P., auteur de la chronique judiciaire du Petit Varois.

Qu’en pensent les principaux intéressés?

Ils n’en auraient jamais parlé, selon Nice-Matin, pas même à leurs collaborateurs.

« Je n’étais pas au courant. Mais c’est une très vieille histoire. Je n’étais même pas encore son conseil » réagit quant à lui l’avocat d’Alain Madelin

« C’est une connerie de jeune voilà tout » a toutefois déclaré Thierry Mariani à Nice-Matin, ajoutant: « Qui n’a jamais volé un paquet de bonbons? »

« On n’avait jamais entendu parler de cette histoire. On lui a reproché beaucoup de choses mais là… » dit aussi à Nice-Matin le cabinet de Patrick Devedjian.

Contacté ce samedi par Le Post, Me Jean-Marc Fedida, avocat d’Alain Madelin, réagit: « J’ignore tout de cela. Je n’ai aucune information. C’était il y a 44 ans. » S’appuyant sur la page Wikipedia de son client, il dit qu’Alain Madelin était effectivement étudiant en droit à Assas en 1964 avec Patrick Devedjian.

Egalement contactée par Le Post, la rédaction de Nice-Matin dit « n’avoir aucun doute sur l’authenticité de la coupure de presse ni sur le fait qu’il s’agit des hommes politiques que nous connaissons. »



5 planetes pour un américain, 0,3 pour un burkinabé.

Mon pote Patraidwai était au Burkina Faso 1 mois.
Aujourd’hui, vu la pléthore des moyens écrire un journal perso est un devoir
(oui, ça l’a plus ou moins toujours été pour une raison ou une autre..).
Mais lui il n’a pas fait NAWAK!

Baobab



la Censure Au figaro comme au Nobs..

Au figaro
Sur Mossad : Israël fait front dans la tempête diplomatique
16:16, le 20/02/2010 Répondre Refusé

Rvb001
Ben tant qu’a faire on n’a qu’a tous devenir mafiosi, et régler nos différent à coup de vendetta. L’émirat de Dubaï ne veut pas être un terrain de reglement de compte.
N’importe quel état le refuserait.
Bien que la plupart des plus « grande démocratie » pratique ce type d’action.
N’est pas Chavez ou Castro qui veut.

Au Nobs aussi..:

sur Frêche: pour Rebsamen, le PS a « surréagi »
13:18, le 19/02/2010 Répondre Refusé

Rvb001 George Frêche, comme l’aurait dit Franklin Roosevelt:
He’s a son-of-a-bitch, but he’s our son-of-a-bitch.

Qui pouvait la sortir sans être censuré?
Ce fut Dany-le-rouge-vert, quelques heures plus tard

NOUVELOBS.COM | 19.02.2010 | 19:22
« Le frêchisme, c’est du Mussolini, c’est ‘notre Georges. C’est incroyable, vous allez voir, il va mettre des statues de Lénine et de Mao Zedong dans le Languedoc-Roussillon.



PUB SUR MON BLOG

« Rencontres juives
Trouvez votre mazal, avancez unis Rejoignez-inscription gratuite  »

Ca me dérange pas cette pub en dessous de mes scripts, mais je me demande comment elle est arrivé là.
Sachant que ce genre de pub est choisi en fonction des cookies recueillis,
Je dois probablement dire ceci: קבלת פנים



12

La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Cavru et son patrimoine bât... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | un homme
| Mes histoires
| La trampa (entrée)